Rencontre avec Rabah Aliouane!

Aujourd’hui venez à la rencontre de l’homme sans qui Chicago le Musical n’existerait pas, ou du moins ne serait pas ce qu’il est actuellement. Rabah Aliouane ! Le directeur de casting du spectacle Chicago à Paris. Et pour vous, il s’est confié sur son métier, son expérience et ses débuts…

 

–> Qu’est-ce que le métier de Directeur de Casting ?

Un Directeur de Casting c’est deux choses.

L’organisation, ce sont donc tous les outils pour mettre le casting en oeuvre; comme passer les annonces, savoir par quel support les faires passer. Aussi, le texte d’annonce qui va être livré est important, il doit être concis et précisément décrire ce que l’on recherche.

Ensuite phase clef :  l’accueil des artistes. Un artiste qui vient faire un casting est forcément stressé, c’est une recherche d’emploi, il faut être à l’écoute, le mettre à l’aise, plaisanter pour le détendre.

Je  reçois au minimum 2000 candidatures par casting donc c’est beaucoup d’artistes qui viennent vers nous mais je dois aussi savoir chercher les bons artistes et en proposer. C’est une pression assez forte.  Par exemple à l’époque pour le Roi Lion, j’avais repéré un gamin dans un magasin, j’ai approché ses parents en leurs demandant s’ils accepteraient qu’il participe au casting. Mais le plus important pour moi c’est qu’un Directeur de Casting doit vraiment être organisé.

 

–> Comment as-tu commencé ? Parles-nous de tes débuts.

J’ai un profil un peu atypique, j’ai fait des études de marketing et de pub. A côté de cela je faisais un peu de danse en loisir à 17 ans. Après mes études, quand le parc Disneyland a ouvert, au Marketing, mais il n’y avait plus de poste. Ils ont vu que je dansais et ils m’ont  proposé d’auditionner pour la parade. J’ai fait la parade pendant 3 mois, je dansais devant les chars, et à la fin de ces 3 mois, un directeur du spectacle est venu me voir en me demandant de passer les auditions de la Belle et la Bête. Et j’ai été pris, c’est donc comme ça qu’a commencé ma carrière.

En parallèle j’ai continué à me former en prenant des cours à New York, à Londres, en Belgique.. En 1996, une comédie musicale s’est montée à Paris sur la vie de Piaf qui s’appelle « Piaf je t’aime » et les producteurs cherchaient quelqu’un qui puisse être dans l’ensemble, qui sache danser, chanter mais aussi puisse jouer le rôle de Marcel Cerdant, l’amant de Piaf. C’est là que j’ai commencé à me dire que c’était super de pouvoir chanter danser et jouer la comédie.

Plus tard, j’ai travaillé sur de nombreux shows, Miss France, Miss Europe… J’ai commencé à avoir les deux casquettes d’artiste et de metteur en scène à tel point qu’on est venu me voir pour le show de Gad Elmaleh et Kev Adams. Le travail consistait à mettre en scène le spectacle, donc le choix des costumes, des vidéos en fond derrière les artistes, des lumières, des musiques, des danseurs.. Et de là je me suis dit qu’être derrière le rideau me plaisait plus.

Lorsque Stage Entertainment a ouvert à Paris, ils m’ont proposé le rôle d’Assistant metteur en scène résident sur le Roi Lion. J’ai donc travaillé 3 ans sur le show à Paris. Puis Stage France m’a appelé pour faire le casting de Mary Poppins et derrière tout s’est enchainé, la Belle et la Bête, Le Fantôme de l’Opéra, Cats, le Bal des Vampires, Chicago. Mais aussi pour d’autres productions comme le casting de Dirty Dancing.

 

–>  Sur quels autres gros projets as-tu travaillé ?

Le Roi Lion a été pour moi une transition dans ma vie pour 3 raisons, déjà c’est une comédie musicale avec à la fois du chant, de la danse mais aussi avec des enfants, des marionnettes et 22 communautés différentes. Ce spectacle est à lui tout seul riche en expérience j’ai énormément appris ces 3 années à Paris mais aussi à Londres.

 

–> Quelles études as-tu fais pour y parvenir ou du moins que faut-il faire pour y parvenir ?

Mon atout, avoir été sur scène et donc quand tu es directeur de casting tu as été à la place des comédiens avant, tu peux imaginer ce qu’ils ressentent et donc le plus important pour moi est de ne pas faire subir ce que moi j’ai subi. Le minimum est de répondre aux gens et qu’ils aient leurs réponses et puissent avancer.

 

–> Comment se déroule un casting ? La sélection des artistes…

En premier tu t’informes sur ce que recherchent les créatifs, tu publies l’annonce sur tous les réseaux puis tu filtres les candidatures que tu reçois, suit un premier rendez-vous, les sélectionnés, ils passent un callback avec le matériel de spectacle, c’est-à-dire une musique et une chorégraphie du spectacle. En général il y a 6 ou 7 tours de sélections.

 

–> Que doit avoir un bon chanteur ? Danseur ? Et acteur ?

Alors deux choses, premièrement une bonne formation et complète car en fonction des spectacles, les registres changent par exemple sur le Fantôme de l’Opéra,  il faut des artistes qui pratiquent le lyrique donc ce ne sera pas le même type de personne avec la même formation qu’une autre comédie comme Grease ou Chicago. Ensuite c’est l’apparence physique en relation avec le rôle.

 

–> Combien de temps a duré le casting de Chicago ? Et comment s’est-il passé ?

Il a été assez court par rapport à d’autres. Ça c’est super bien déroulé car les créatifs avec lesquels on a travaillé étaient de grands professionnels, clairs dans leurs objectifs et bienveillants. Mais nous avons eu beaucoup de monde, je n’ai jamais vu ça, on a commencé à 9h30 le matin et on a fini à 22h30 c’était du non-stop.

 

–> Avec le recul, que penses-tu de la performance des artistes ?

J’ai un secret, je ne vais jamais aux répétitions. Car au casting je vois les gens individuellement mais rarement tous ensemble. J’aime beaucoup  découvrir le show lors de la soirée de Gala, c’est vraiment mon plaisir.  C’est ça qui me pousse à faire des castings. Lors de la Gala, quand j’ai découvert le show, j’étais étonné. Le niveau était incroyable.

 

–> Chicago en 1 mot ?

J’ADORE !